• Quotidien

    Organiser un shooting d’inspiration en équipe, dans un délai de 3 semaines

    En tant que wedding planner, on a l’habitude de travailler seul. L’avantage est qu’on gère tout de A à Z. Mais parfois, cela devient difficile.

    J’ai eu la chance de rencontrer une wedding planner déjà implantée de ma ville : Aurore, de l’agence Elégance Intemporelle Mariage. Elle m’a accordé un petit café afin de parler de notre métier, de la conception qu’on en avait. Et très vite, on s’est rendu compte que l’on pensait la même chose, à savoir que la concurrence est bonne, et qu’on est prêtes à aider. Alors, elle m’a fait une proposition hallucinante :

  • À la une,  Quotidien

    Pourquoi les wedding planners souffrent-elles d’une mauvaise image ?

    Mon agence étant toute jeune, je tente de me faire connaître des professionnels de l’événementiel, et de parler de mon projet.

    Etre Wedding Planner n’étant pas régit par un cadre défini, chacun travaille comme il l’entend. Aussi, il y a eu des dérives qui nuisent à l’image du métier.

    Voici les objections que j’ai pu entendre :

  • Quotidien

    Pourquoi j’avais peur de me lancer

    Je n’ai jamais eu ce rêve de petite fille d’un mariage en grandes pompes, avec une robe de princesse, où tous les regards auraient été portés sur moi. Je me suis toujours dit qu’un jour je me marierais, mais ce n’était pas un fantasme pour autant

    Puis j’ai préparé mon mariage, et je me suis laissée surprendre car j’ai adoré. Je n’aurais jamais soupçonné cela.

  • Coulisses

    Nouvelle chroniqueuse : Jessica de l’agence « Deeply Happy »

    Moi, c’est Jessica. J’ai 34 ans, et j’habite à Valence dans la Drôme.
    J’ai récemment obtenu mon diplôme de Wedding Planner à la International Wedding Institute.
    Par la suite, je vais créer ma propre agence de Wedding Planner, que j’appellerai « Deeply Happy ».