12 vérités sur le quotidien d’une wedding planner – Partie 1

Je reçois régulièrement des messages de jeunes femmes très intéressées par le métier de wedding planner. Et très souvent, elles souhaitent faire “ce métier de rêve” depuis longtemps. Métier de rêve ? Oui, métier où l’on réalise les souhaits des mariés, exauce leurs vœux et les accompagne dans la réalisation d’un des plus beaux jours de leur vie. Mais derrière ces paillettes, il y a une réalité. Elle n’est pas dramatique, mais ne correspond pas toujours à l’idée que se font les jeunes femmes qui veulent se lancer. Alors promis, je jure de vous dire toute la vérité.

1- Tu n’assisteras pas à un mariage chaque week-end

Un mariage, c’est un moment un très beau moment avec de l’émotion, des rires, des larmes de joie, un bon repas, des discussions conviviales, une soirée du tonnerre sur le dance-floor… Ça, c’est la description d’un mariage quand tu y es invitée, que tu y assistes et donc que tu es passive. Lorsque tu y travailles, tu n’y assistes pas, puisque tu es dans l’action. La journée sera plutôt ponctuée de moments de rush, parfois de stress, encore de rush, de la patience, de la diplomatie, du sang-froid et parfois du self-control. Bien sûr, tu seras émue en voyant ce couple que tu suis depuis des semaines voir des mois se dire oui… Si tu assistes à la cérémonie parce que tu seras peut-être en train de gérer un imprévu.

Tu passeras des heures debout, toujours souriantes et douces avec les invités, alors que tu ne te seras assise que dans la voiture (tu en viendras même à savourer ce moment 🙂 ) et après ton petit-déjeuner, ton prochain repas sera seulement vers 21h si tu as de la chance.

2- Tu n’organiseras pas que des mariages avec un budget illimité

À moins que tu sois spécialisée dans le mariage très haut de gamme, tu verras peu voir pas de couple te disant “ne regardez pas à la dépense, peu importe le prix que cela coûtera, nous voulons le meilleur pour notre mariage »… En réalité, pour la plupart des gens, le mariage est une dépense exceptionnelle qu’ils essaient de rationaliser. Est-ce bien utile de mettre autant d’argent dans une seule journée ? Chacun a sa propre réponse à cette question qui se traduit par une somme maximum qu’ils ne voudront pas dépasser. Une sorte de limite psychologique qu’ils faut savoir prendre en compte dès le début.

Pour ma part, je n’ai jamais suivi de couple ayant une enveloppe illimitée et le plus onéreux sur lequel j’ai travaillé dépassait de peu les 80K€. Mais mes mariés ont en moyenne 30K € de budget.

3- Tu n’organiseras pas que des mariages originaux

“ Tu es wedding planner ?! Ohhh c’est génial ! C’est quoi la chose la plus folle que des mariés t’aient demandé ?!”

Tu entendras souvent cette phrase, mais tu ne sauras pas quoi y répondre… Est-ce que finalement, la plupart des mariés sont attachés à certaines traditions ou bien est-ce qu’à force de baigner dans cet univers, plus aucune demande te semble extravagante ? Je ne sais pas, mais toujours est-il que je n’ai jamais eu de demandes folles au point de me dire “mais où sont-ils allés chercher ça ?”.

4- Tu n’organiseras pas que des mariages qui te font rêver

Sincèrement, je n’ai encore jamais organisé un mariage qui ne m’a pas plu. Mais je n’ai organisé qu’un seul mariage qui m’ait à la fois transporté, fait rêver, pleurer, donné des frissons, le sourire et envie que cette journée ne s’arrête jamais… Il s’agit justement du mien… Tu vois où je veux en venir ? Ton rôle en tant que wp, c’est de réaliser les rêves de tes mariés et non les tiens. La plupart du temps, j’adore leurs idées, il m’arrive de me dire assez souvent qu’un jour si je me remarie (avec le même homme, j’espère !), je ferais bien telle ou telle chose de la même façon.

Pour la petite histoire, quand je me suis lancée, mon positionnement était plutôt haut de gamme puisque je me destinais aux mariages parisiens donc chic et avec un budget confortable. Par par snobisme, mais ayant travaillé pendant 7 ans dans l’événementiel à Paris, mon carnet d’adresses était surtout composé de prestataires de luxe dans la capitale.

C’est en décidant de travailler avec Mademoiselle Dentelle que j’ai revu mon positionnement. Les lectrices du blog ayant des profils très différents, nous voulions que chacune se retrouve dans nos offres et je ne regrette pas moins choix, car aucun de mes mariages ne se ressemble dans le style. En 2016, j’ai eu la chance de vivre des cérémonies à la mairie, à l’église, laïque en extérieur ou sous un barnum (pas encore à la mosquée ou à la synagogue, mais bientôt !), et des réceptions dans des châteaux, des corps de ferme, sous une verrière, dans un domaine familiale… Tous très singuliers et magnifiques alors que je n’aurais certainement pas fait ces choix pour mon propre mariage.  

5- Tu n’accompagneras pas la mariée choisir sa robe

Je ne sais vraiment pas d’où vient ce mythe, mais pour ma part, je n’ai accompagné qu’une seule mariée à un rendez-vous pour sa robe et il s’agissait du dernier pour les retouches. Sa maman ne pouvait finalement pas venir et il avait lieu en pleine semaine, à une heure où toutes ses amies étaient au travail. J’ai été très flattée qu’elle me demande d’y aller avec elle et je ne suis pas surprise que d’autres futures mariées ne me le proposent pas.

Le choix de LA robe est généralement l’une des étapes les plus importantes aux yeux des fiancées et il est normal qu’elles aient envie de le partager avec leurs proches et non avec une de leur prestataire même quand elles entretiennent une relation privilégiée avec elle.

6- Tu ne mèneras pas tout le monde à la baguette

La wedding planner est au mariage ce que le chef d’orchestre est à l’opéra. Et même si dans “chef d’orchestre”, on retrouve bien le mot “chef”, dans “coordinatrice de mariage” on évoque seulement la coordination… Logique non ? Non, pas tant que ça, car lorsque je rencontre de nouveaux prestataires, je dois montrer patte blanche puisqu’ils craignent que je veuille leur apprendre à faire leur métier. Est-ce que cette image négative leur vient d’une mauvaise expérience ou d’une méconnaissance du métier ? Un peu des deux… Alors oui, notre rôle est aussi d’exercer avec humilité, car même si avec l’expérience, on comprend tous les rouages des autres professions du mariage, et bien le chef d’orchestre est rarement capable de mieux jouer du piano que le pianiste…

C’est sur cette dernière phrase que je te laisse. Si tu souhaites lire la suite de mes révélations, rendez-vous la semaine prochaine !

Et toi, tu as envie aussi envie de rétablir quelques vérités sur ton métier ? Est-ce que tu te doutais de tout ce que cela impliquait ?

12 vérités sur le quotidien d'une wedding planner - Partie 1 - Un article du blog www.behindthewedding.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *