12 vérités sur le quotidien d’une wedding planner – Partie 2

On se retrouve aujourd’hui pour la suite des révélations sur le métier de wedding planner. Si tu as manqué la première partie, c’est par ici.

7- Tu n’auras pas une équipe de 15 personnes avec toi dès le début

Dans l’imaginaire collectif, la wedding planner est entourée d’une armée d’assistante. De petites mains qui exécutent ses ordres. Dans les faits, la plupart des wedding-planners démarrent leur activité en solo car recruter des assistants coûte cher et que former des stagiaires prend du temps.

8- Tu manqueras le mariage de pas mal de tes amis

La plupart de tes amis ne se rendront pas compte que ton activité est saisonnière et que s’ils se marient entre mai et septembre, il y a des chances pour que ça soit aussi le cas de milliers de couple et parmi eux, un petit nombre que voudront faire appel à tes services. S’ils ne te communiquent pas assez tôt la date de leur mariage, tu risques d’être déjà bookée. Et si tu travailles seule, je te vois mal expliquer à tes mariés que tu ne peux finalement pas être présente le jour J car tu as un autre mariage.

9- Tu n’auras pas un train de vie de reine grâce à cette activité

Planner GIF - Find & Share on GIPHY

Je ne t’apprends rien, tu ne vas pas du jour au lendemain pouvoir t’acheter une île au bout du monde… En fait, il y a même des chances pour que ça n’arrive jamais… Oui, je sais, c’est dur…

Sur internet, lorsque l’on cherche les mots “salaire wedding planner” on obtient peu d’informations concrètes sur le sujet (le salaire c’est tabou, mais on en viendra un jour à bout !). La plupart du temps, on tombe sur de vagues estimations entre 1 000 et 1500€ brut pour une débutante, ce qui finalement ne reflète pas la réalité.

Autant briser une illusion tout de suite, il y a peu, oui très peu de chance pour que tu sois embauchée en CDI voir CDD en tant que wedding planner. Pour exercer, la plupart d’entre nous doit monter son activité et supporter les conséquences que cela engendre en terme décharges etc… Pour dégager un salaire mensuel équivalent au SMIC, il faut donc réaliser 10 à 15 mariages par an et il faut parfois plusieurs saisons pour atteindre ce nombre.

Bref, tu ne deviendras pas riche en étant wedding planner mais tu pourras augmenter tes revenus en proposant d’autres services et en te diversifiant.

10- Tu ne profiteras pas de la basse saison pour te reposer

Oui l’activité de wedding planner est saisonnière mais cela ne signifie pas que tu te reposeras en basse saison.

La saison dernière, j’ai tenté d’évaluer mon temps de travail hebdomadaire et à partir de la fin du mois de mai où j’avais pratiquement un mariage par week-end, je travaillais environ 10h par jour du lundi au vendredi + 15h les samedis de mariage, soit 66 heures de travail par semaine. On est bien loin des 39h hebdo lorsque j’étais cadre.

En basse saison, le rythme diminue fortement mais entre l’organisation des mariages de la saison à venir, l’organisation de salons du mariage et autres événements grands publics ou professionnels, la communication, la comptabilité, la conception des devis etc… Cela représente pour moi entre 32 et 40h par semaine.

11- Tu rencontreras plein de personnes qui ne te prendront pas au sérieux

Wedding planner c’est un métier encore nouveau en France et certaines personnes ignorent même son existence. Tu aurais vu la tête de mon mari quand pour la première fois je lui en ai parlé… Et tu verrais la tête de mes parents quand je tente de leur expliquer ce que je fais. Il y a encore quelques semaines, ma mère m’a envoyé un message pour me dire que pôle emploi proposait des formations qualifiantes et que ça pourrait peut être m’aider à  trouver un vrai boulot…Je lui ai répondu non merci, puisque j’occupe déjà deux poste à plein temps : wedding planner et chef d’entreprise.

Tu seras aussi confrontée aux regards de ceux qui pensent que c’est un métier superficiel, réservé à des femmes aux foyers en mal de distraction et qui se sont lancé sans aucune qualification et réflexion. Ca ne sert à rien d’essayer de convaincre cette catégorie car quel que soit ton parcours ils ne te prendront pas au sérieux…

12- Le jour J, plus ton travail sera bien fait, plus les mariés auront l’impression qu’ils t’ont payé pour rien

Alors ça, c’est le seul point de cette liste dont je ne me doutais pas avant de me lancer… Car oui, le jour J, ton travail c’est de gérer les imprévus afin qu’ils ne perturbent pas trop la journée. Dans la mesure du possible, tu te débrouilles pour que les mariés ne s’en aperçoivent même pas. Tu es très contente de toi, tu as su gérer les priorités et faire en sorte que le plus grave soit évité mais les mariés eux, te questionnent avant de passer à table : “pourquoi ne t’a-t’on pas vu de la cérémonie ?” Et comme la journée n’est pas terminée et que tu ne veux pas les stresser inutilement tu leurs réponds d’un ton léger “oh, il y avait un petit imprévu à gérer” en minimisant les choses. Ils ne sauront donc jamais que ce “petit imprévu” c’était une coupure de courant générale qui a affecté la cuisine et la salle du repas et que sans ton intervention, ils n’auraient pas pu déguster un repas chaud, ni passer de la musique durant la soirée…

Finalement, quand on a conscience que le métier de wedding planner implique aussi tout cela, on peut profiter du meilleur de cette profession  : accompagner un couple amoureux dans une incroyable aventure, être leur bonne fée et constater leur bonheur le jour J, faire de merveilleuse rencontre et travailler avec des prestataires talentueux… Et je te jure que ça vaut le coup !

12 vérités sur le quotidien d'une wedding planner - Partie 2 - Vis ma vie de wedding planner

 

2 réflexions sur “ 12 vérités sur le quotidien d’une wedding planner – Partie 2 ”

  • 6 avril 2017 à 22 h 28 min
    Permalink

    « Ma mère m’a envoyé un message pour me dire que pôle emploi proposait des formations qualifiantes et que ça pourrait peut être m’aider à trouver un vrai boulot… »
    Pardon hein… mais qu’est-ce que j’ai ri là ! 😀

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *